Appui de membres du Conseil national

Le va-et-vient au Conseil des États commence à bien faire pour plusieurs conseillers nationaux du camp bourgeois. Ils annoncent qu'ils soutiendront l'initiative si aucun contre-projet acceptable n’est adopté.

Pour le Conseil national, le cas est clair : un contre-projet est nécessaire pour permettre le retrait de l’initiative pour des multinationales responsables. Il s’est déjà prononcé clairement à deux reprises en faveur de cette proposition. Jusqu’à présent, le Conseil des États s’est montré plus hésitant et pourrait même renvoyer l’objet aux calendes grecques. Après la décision serrée du Conseil des États en mars 2019 de ne pas entrer en matière, sa commission des affaires juridiques a maintenant recommandé à la chambre d’accepter un contre-projet. Mais à la dernière minute, une motion d’ordre a été déposée pour renvoyer l’objet en commission.

Ce va-et-vient va trop loin pour plusieurs conseillers nationaux du camp bourgeois. Ils annoncent qu’ils rejoindront le Comité bourgeois pour des multinationales responsables et soutiendront ainsi l’initiative si aucun contre-projet acceptable n’est adopté. Cette intention a été communiquée par Dominique de Buman (PDC/FR), Beat Flach (PVL/AG), Karl Vogler (PDC/OW), Stefan Müller-Altermatt (PDC/SO), Christian Lohr (PDC/TG) et Thomas Ammann (PDC/SG).

Des milliers de soutiens à l’initiative pour des multinationales responsables ne comprennent pas non plus cette manœuvre de retardement. En 24 heures, plus de 40’000 personnes ont signé une lettre de protestation à l’intention du Conseil des États. La lettre sera remise à la chambre avant le débat du jeudi 26 septembre 2019.